COVID-19. Editorial Dr. José López Gálvez, CEO of Grupo UR

Comment ne pas évoquer la situation sanitaire causée par la pandémie du Covid-19.

Cette infection est venue pour rester, et cela nous oblige à vivre avec une nouvelle situation sanitaire à laquelle nous devons nous adapter et que nous devons surmonter, mais en modifiant le moins possible notre vie quotidienne ; et surtout sans oublier notre projet vital de fonder une famille.

Ce que je veux dire, c’est que même si on doit prendre des mesures en ce qui concerne les techniques de PMA, on sait que le Covid n’est pas transmis à travers les gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) et que ces techniques sont complètement sûres. Tout risque de contamination des gamètes et des embryons dans les laboratoires de FIV est minime, voire inexistant, en raison des multiples processus de nettoyage et stérilisation établis dans les protocoles de culture et vitrification.

Même s’il n’existe pas d’études à cet égard, on suppose que ni les ovocytes, ni le sperme ni les embryons ne possèdent de récepteurs pour le SARS-CoV-2, et que la transmission est donc impossible. Les données actuelles nous indiquent qu’il n’y a pas de risque accru de fausse-couche pour les femmes enceintes atteintes de COVID-19 n’est pas augmenté. l n’y a pas de preuve évidente de transmission intra-utérine de COVID-19, il est donc peu probable que ce type d’infection produise des anomalies congénitales.

Néanmoins, il existe des cas connus de femmes enceintes qui ont été infectées pendant la grossesse, qui ont accouché prématurément ou avec un retard de croissance du fœtus. Il est donc logique de poursuivre les mesures prophylactiques, telles que le port de masque, la désinfection des surfaces et la distanciation sociale, qui sont des mesures essentielles.

Logiquement, afin de créer un environnement biosécurisé au sein de nos installations, non seulement pour les patients, mais aussi pour toute l’équipe, en plus des mesures de confinement décrites (antécédents médicaux, température basale, couvre-chaussures jetables, masques médicaux, lavage des mains, etc.), l’ensemble du personnel a été testé pour le COVID-19, qui doit être négatif comme condition préalable pour travailler dans notre Unité. Nous effectuons à tous nos patientes un test PCR avant la ponction ovocytaire pour la FIV, et logiquement, si le résultat est positif, nous déconseillons la mise en œuvre de la technique.

Ce que je veux faire comprendre, c’est que si nous appliquons toutes ces mesures, nous devons perdre la peur de réaliser le plus grand rêve : avoir une grossesse et un accouchement en bonne santé.

Nous vous attendons avec toute la confiance, la sécurité, l’expérience et le professionnalisme de notre équipe dans tous les centres du Groupe UR International.

 

Dr. José López Gálvez
Director UR Vistahermosa and UR International Group

 

À votre écoute! Plus de 35 à engendrer la vie!