Femmes seules

Indepéndance/

En Espagne, la législation en vigueur en matière de procréation médicalement assistée permet à toute femme de recourir aux traitements de procréation, indépendamment de son état civil et de son orientation sexuelle ; elle peut donc se soumettre à un traitement de procréation médicalement assistée avec le sperme d'un donneur, dans la mesure où elle apporte son consentement éclairé, et elle exercera postérieurement tous les droits et obligations envers le nouveau-né.

S’il s’agit d’une femme mariée ou en couple, le consentement doit être donné par les deux membres du couple, qui exerceront tous deux les droits et obligations envers le nouveau-né.

Notre centre reçoit constamment des femmes célibataires et des couples homosexuels qui aspirent à cette grossesse tant désirée. L’Unité de procréation en est pleinement consciente et exerce son activité dans le respect le plus absolu, pour qu’aucune de ses patientes n’ait le sentiment qu’elle ne peut prétendre à une grossesse du fait de l’absence d’un compagnon de sexe masculin.

Si une femme souhaite aboutir à une grossesse mais n’a pas d’ovocytes adéquats pour pouvoir le faire, elle peut opter pour un don d’ovocytes anonyme, s’il s’agit d’une femme célibataire, ou choisir de les recevoir de sa compagne, si elle est en couple. Dans le premier cas, il faudra signer deux consentements éclairés, l’un sur le don de sperme et l’autre sur le don d’ovocytes. Dans le second cas, le couple ne signerait qu’un seul document relatif au don de sperme, et les deux femmes exerceraient l’autorité parentale à l’égard du nouveau-né.

Ces commentaires ne visent pas l’établissement d’une jurisprudence, mais la sensibilisation avec la nouvelle situation sociale de ce groupe de patientes face au rêve qu’elles partagent avec tant d’autres couples: avoir un enfant.

L’égalité entre les femmes seules ou couples du même sexe, dans leur quête d’un enfant, et les couples hétérosexuels, crée un nouveau type de famille, monoparentale s’il s’agit d’une femme seule, ou biparentale dans le cas des couples de femmes, peu connu jusqu’ici mais de plus en plus courant dans notre société et dans notre Unité de procréation.

Haut de page